Loches, Capital de la Touraine Côté Sud
Discover Loches   Loches, Ville d'Art et d'Histoire   Loches, un des plus beaux détours de France   Pays de la Touraine Cote Sud
Cité royale d'exception Le Golf de Loches-Verneuil Visites guidées La collégiale Saint-Ours Patrimoine gastronomique
Cité royale d'exception
Loches, un art de vivre en Touraine
Le Golf de Loches-Verneuil
Golf écologique au cœur des châteaux de la Loire
Visites guidées
Laissez-vous conter Loches, Ville d'art et d'histoire...
La collégiale Saint-Ours
Splendeur romane abritant le tombeau d'Agnès Sorel
Patrimoine gastronomique
La Touraine, terre de saveurs

 

     

 

 

 

 

 

 







Restaurations du patrimoine


 

La restauration du patrimoine bâti de Loches constitue un enjeu majeur pour la municipalité. Il s’agit de sauvegarder des édifices en péril, datant pour l’essentiel du Moyen Âge.
Entretenir ces bâtiments demande des investissements lourds mais indispensables à la préservation de ces joyaux historiques et architecturaux. Trois monuments sont concernés par les travaux de restauration : la Porte Royale, les remparts et la collégiale Saint-Ours.

La Porte Royale

Période : XIIIe - XVe siècles / Classée au titre des Monuments historiques
Travaux de restauration entrepris depuis 2014, jusqu'à 2017
Objectifs : restaurer la porte, ouvrir l’accès au public et faciliter le circuit touristique dans la Cité royale
Acteurs engagés : État, Département d'Indre-et-Loire, Fonds de dotation Loches, Patrimoine et Culture, Ville de Loches
Coût total TTC : Phase 1 (2014) : 155 831 € / Phase 2 (2016) : 136 284 € / Phase 3 (2017) : 150 000 €

La Porte Royale est l’un des monuments emblématiques de la ville car elle constitue, aujourd’hui encore, l’unique entrée de la Cité royale. C’est par elle que l’on accède à la ville haute depuis le Moyen Âge.
Au fil des siècles, avec les méfaits de l’âge et du climat, ce monument s’est considérablement dégradé, laissant les eaux pluviales s’infiltrer à l’intérieur de l’édifice : manque d’étanchéité de la terrasse (XVe siècle) et dégradation de l’état de la Porte Royale (mousses, pierres descellées, sculptures délitées, etc.). Face à cette situation, la Ville a commandé dès 2013 une étude sur l’état de cet édifice au Cabinet ARCHITRAV.
Trois phases de travaux ont été définies pour réaliser ce chantier d’envergure :
- Phase n°1 (mai à déc. 2014) : Restauration de l’étanchéité de la terrasse d’artillerie. L’ensemble de la terrasse a été démonté et le mortier repris. Pour sécuriser l’accès, un garde-corps en fer forgé a été installé. Par ailleurs, un éclairage de la terrasse a été réalisé à l’aide de spots fins, encastrés dans le revêtement de pierre.
- Phase n°2 (mai à oct. 2016) : Restauration des édicules qui protègent la sortie des escaliers, situés sur la terrasse. Trois nouvelles portes ont été créées à l’identique (chêne massif et ferronneries) pour fermer la sortie des édicules.
- Phase n°3 : Restauration des salles et des escaliers. Le premier étage de la Porte Royale est constitué de trois salles : une dans chaque tour et une troisième, plus grande, au-dessus du passage. Cette dernière, appelée salle des gardes, a accueilli de 1925 à 2000 le musée du Folklore et du Terroir de la ville. La restauration du monument permettra de redonner au site sa vocation pédagogique et culturelle, autour d’expositions permanentes et/ou temporaires, d’ateliers artistiques, de tables rondes. La salle des gardes pourra également constituer un point d’accueil et d’échanges lors de visites guidées.
La façade Nord a été également sécurisée, notamment par la purge de la maçonnerie extérieure.
À la fin de ces travaux, la Porte Royale sera ouverte gratuitement au public.

Les remparts

Période : XIIe - XVIe siècles / Longueur : 2 km / En partie inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques
Études de restauration entreprises depuis 2014, travaux prévus jusqu’en 2020
Objectifs : mise en sécurité, conservation et prévention
Acteurs engagés : État, Département d'Indre-et-Loire, Ville de Loches
Coût Ville : 100 000 € par an pendant 3 ans

Les remparts constituent une autre part importante du patrimoine bâti que la Ville s’attache à conserver et à restaurer. Édifiés essentiellement entre le XIIe et le XVIe siècles, les remparts de Loches constituent un ensemble exceptionnel, très bien conservé : les remparts de la Cité royale, la muraille de protection du petit fort Saint-Ours, la muraille qui enserre la ville basse.
L’étude diagnostic financée par la Ville, le Département et l’État a conclu à un état sanitaire préoccupant de ces remparts. Un programme d’interventions de mise en sécurité et de conservation a été établi, complété en juillet 2014 par l’identification de zones nécessitant des mesures préventives et de stabilisation.
Par ailleurs, un rapport sur la propriété des remparts a été remis en 2015. Il s’appuie largement sur une étude des actes de mutation anciens réalisée par les Archives départementales d’Indre-et-Loire, et constitue une source fondamentale pour l’histoire des remparts.
Grâce à ce rapport, l’État, le Département d’Indre-et-Loire et la Ville de Loches ont décidé de s’engager conjointement dans la mise en œuvre d’un premier programme (convention tripartite signée au printemps 2016). Les travaux dans ce cadre devraient être initiés en 2017. Dans l’attente de ce programme, la Ville a souhaité engager des opérations de dévégétalisation, soutenues par la DRAC (automne 2015 et octobre 2016).

La collégiale Saint-Ours

Période : XIe - XIIe siècles / Architecture romane / Classée au titre des Monuments historiques
Travaux entrepris depuis 2015 et prévus jusqu’en 2020
Objectifs : mise en sécurité, conservation et valorisation
Acteurs engagés : État, Ville de Loches
Coût Ville : 500 000 € TTC à répartir sur 3 ans

Les projets de restauration de la collégiale Saint-Ours sont en cours depuis 2015. Située au cœur de la Cité royale, la collégiale couronne admirablement la vieille ville. Elle est remarquable à plus d’un titre, en particulier grâce à son portail roman polychrome, l’un des plus remarquables de Touraine. Munie de ses deux clochers à flèche, séparés par deux coupoles pyramidales appelées localement "dubes", la collégiale Saint-Ours possède un profil unique en France. C’est également dans cet édifice qu’est présenté le gisant d'Agnès Sorel.
L’opération de restauration/restitution du gisant d’Agnès Sorel, dont l'étude a été entreprise en 2013 par la DRAC Centre-Val de Loire, est achevée depuis le mois de février 2016. Deux panneaux d’explication sont présentés dans l’église et décrivent l’histoire d’Agnès Sorel, celle de son tombeau et des restaurations successives.
Parallèlement, une étude diagnostic globale de la collégiale, commandée par la Ville, a été réalisée par le cabinet Atelier 27 (agence d’architectes du patrimoine et d’architectes archéologues), qui a permis d’identifier et de décrire l’ensemble des travaux à prévoir dès 2017 :
- mise sous surveillance de l’édifice, mise en sécurité et purges de pierres,
- couverture et charpente sur le transept Nord,
- restauration de peintures murales sur le bas-côté Sud,
- protection de vitraux.
Sur la base de cette étude et en collaboration avec la DRAC, la municipalité a établi un premier budget de travaux de 500 000 € (à répartir sur 3 ans selon les priorités à définir). La collégiale étant classée Monument historique, la DRAC assiste la Ville de Loches financièrement et techniquement dans ce projet.

 

 



  • 26
    Mar.

    Salon du polar

    4e édition organisée par le Lions club Loches Vallée de l’Indre,... [+]
  • 31
    Mar.

    « Terre & Feu »

    Dans le cadre des Journées des métiers d'art du 31 mars au 2 avril, à... [+]
  • 01
    Avr.

    « La Guitare »

    Spectacle voix et musique de la Cie L'Echappée belle à la médiathèque... [+]

Mairie de Loches - Place de l’Hôtel de Ville, 37600 Loches - Tél : 02 47 91 19 50 - Nous contacter | Plan d'accès

Liens | Flux RSS | Webenchères | Plan du site | Mentions légales

imagidee, création web